L’ostéopathie : une thérapie et une aide, de la marche à la petite enfance



À l’âge de l’apprentissage de la marche, des chutes, mêmes anodines, peuvent provoquer différents troubles :


sommeil perturbé
– affections O.R.L.
– excitation, colère, énervement
– digestion perturbée, constipation
– déviation de la colonne vertébrale
– mauvaise statique, désordre postural…


L’ostéopathie est une thérapie de choix pour corriger les séquelles des traumatismes.

Ostéopathie et scolarité :
L’enfant souvent décelé à l’école comme « ne tenant pas en place, rêveur, manquant de concentration, dyslexique… » trouvera une aide certaine dans le traitement ostéopathique.
Ce suivi lui permettra de se détendre, de mieux se concentrer et d’être ainsi plus attentif.
Les enfants sont particulièrement réceptifs et sensibles au confort apporté par le traitement.
Les difficultés scolaires seront d’autant plus améliorées que le traitement sera précoce.

Ostéopathie et colonne vertébrale :
Les troubles de la statique chez l’enfant (scoliose, lordose, cyphose) sont le signe d’une mauvaise adaptation du corps.
Les causes peuvent êtres viscérales, traumatiques, crâniennes… Elles seront déterminées par le diagnostic ostéopathique spécifique.
Des techniques de correction adaptées amélioreront ces troubles vertébraux.
La collaboration avec d’autres professions de santé est souvent nécessaire.


Ostéopathie et orthodontie :
À l’heure actuelle, on pose de plus en plus d’appareils dentaires et de nombreux orthodontistes travaillent en collaboration avec les ostéopathes pour la réussite du traitement et pour le confort de l’enfant. En effet, l’appareil orthodontique prend appui sur les structures du crâne pour faire levier sur la mâchoire et les dents.
Ces contraintes peuvent provoquer :
maux de tête, maux de dos
– vertiges
– troubles visuels
– difficulté de concentration
– modification de l’humeur.


Un suivi ostéopathique régulier au cours des soins dentaires est nécessaire pour pallier à ces maux, contrôler et guider les réactions du crâne et du corps.

 

 

Dans tous les cas, apprenez à observer votre enfant et à l’écouter.Une plainte répétée doit vous alerter.


 

Zoom sur la scoliose

 

 

Le terme scoliose  vient du grec "scolios"  qui signifie tortueux.

C'est une déformation tridimensionnelle de la colonne vertébrale et du tronc.

La scoliose idiopathique   est la forme de scoliose la plus commune à l’adolescence. Elle est de cause inconnue.

Environ 2 à 3 % des adolescents en sont atteints. Les filles sont davantage touchées par cette maladie. Elle représente 80 % des différents types de scoliose.

A ne pas confondre avec l'attitude scoliotique qui est posturale donc réversible.

 

L’âge important pour détecter la scoliose de l’adolescence est entre 10 et 12 ans.

A chaque consultation votre Ostéopathe effectuera un bilan approfondi de la colonne vertébrale de votre enfant.

Plus tôt la scoliose est dépistée, meilleure sera son évolution.

L’Ostéopathie ne guérira pas la scoliose mais accompagnera le traitement médical en s’efforçant de maintenir

  • une bonne mobilité du squelette et surtout du bassin qui est le socle de la colonne vertébrale,

  • une bonne dynamique crânienne

pour permettre à la "jeune pousse" de grandir dans les meilleures conditions.

      

 

 

 

 

 

 

 

 

 

                                        « Comme la jeune pousse est courbée, l'arbre se penche. » 

 

"Seuls les tissus savent" Rollin E. Becker, D.O.