Ostéopathie et nourrisson

Chaque naissance devrait être suivie d'un examen ostéopathique attentif

 

Un traitement ostéopathique précoce permet d’effacer les séquelles éventuelles de la naissance.

L’accouchement peut être le premier des traumatismes pour le bébé.

Trop long ou trop court, il peut perturber le fonctionnement normal des structures crâniennes.

Difficile, il nécessite parfois l’emploi de spatules, ventouses ou forceps, qui vont influer sur la bonne mobilité des jonctions des os du crâne et occasionner des troubles fonctionnels immédiats et ultérieurs.

Souvent les nouveaux nés naissent avec la tête un peu déformée, un œil plus fermé que l’autre, une oreille plus en avant que l’autre, le nez un peu écrasé…

Les parents s’entendent dire que cela se remettra tout seul…

Pourtant il en résulte souvent une ou plusieurs dysfonctions ostéopathiques pouvant générer des troubles fonctionnels.

Quand faut-il consulter avec Bébé?

– Quand il y a eu un accouchement sous péridurale ou retardé volontairement.

– Quand le travail a été trop long (plus de 8 heures) ou trop court (moins de 2 heures).

– En cas de naissance gémellaire.

– Quand la présentation s’est faite par le siège, le front ou la face.

– Après une forte traction sur la tête.

– Quand le cordon s’est enroulé autour du cou.

– Quand il y a eu prématurité (le crâne est plus fragile).

– Quand on a appuyé sur le ventre de la maman pour faciliter l’expulsion.

– Après l'emploi de forceps, ventouse ou spatule.

– En cas de césarienne.

– En cas de souffrance fœtale, de réanimation même légère du bébé.

Et surtout, apprenez à observer votre bébé et n’hésitez pas à consulter dans le cas où :

– Il se cambre en arrière quand on le prend ou quand on lui donne la tétée.

– Le bébé est raide avec les bras et les mains crispés.

– Il sursaute au moindre bruit et montre de petits tremblements.

– Il est atone et a du mal à tenir sa tête.

– Il pleure tout le temps.

– Il ne dort pratiquement pas.

– Il régurgite.

– Il ne digère pas et est agité après la tétée.

– Il met un temps infini à téter.

– Il use ses cheveux derrière la tête de manière asymétrique.

– Il est tombé de sa table à langer, même si la radio du crâne n’a montré aucune lésion.

– Il a une mauvaise position de pieds, de hanches.

– Il tourne toujours la tête du même côté et dort toujours du même côté.

– Il louche de façon permanente.

– Il a des otites, des bronchites à répétition, il a une respiration bruyante.

 

– Il n'apprécie pas du tout la position de jeu sur le ventre (à stimuler le plus tôt possible) et risque de ne pas tenter

   de ramper pour ensuite s'entrainer au 4 pattes.
 

Traitement Ostéopathique
Un examen manuel très doux des différentes mobilités physiologiques

(crâne, sacrum, abdomen,…) détectera aisément les dysfonctions mineures

à l’origine de tous ces maux.

Par une correction manuelle appropriée, toujours en douceur, votre bébé

retrouvera toute sa joie de vivre.

Même si le bébé ne présente aucun trouble fonctionnel apparent, les mains

expertes et attentives d’un ostéopathe D.O. lui permettront de bien démarrer

dans la vie.​

 

 

 

 

              

 

 

 

 

 

 

              Zoom sur la plagiocéphalie:   

La HAS (Haute Autorité de Santé) vient de prendre position (juin 2017) et déclare qu'il faut prendre en compte ce risque des " têtes plates". Considérant qu’il ressort de l’instruction des services de la HAS que depuis la mise en œuvre des recommandations  de couchage sur le dos pour prévenir la mort subite du nourrisson, une augmentation de la fréquence d’asymétrie crânienne, également nommée plagiocéphalie, a été observée; Considérant que la plagiocéphalie peut conduire à des complications mécaniques sur le plan maxillo-facial ou cervico-brachial, voire cognitives.

 

 

 

 

 

 


                                                                             

 

 

 

 

 

L’inspection très minutieuse faite par les parents à la naissance leur a montré que sa tête, plus ou moins couverte de cheveux, était bien ronde. Comment imaginer qu’elle puisse ne pas le rester ? L’enfant, pour dormir, est installé en position dorsale pour respecter les consignes de prévention de la mort subite; et les parents assistent, enchantés, aux transformations physiques de leur bébé.

Et puis…lors d’un examen pédiatrique, il est remarqué un aplatissement de l’arrière du crâne; soit de tout l’arrière-crâne, soit de la partie gauche ou droite de cet arrière-crâne. Cela est dû à un appui trop permanent de ce crâne sur le plan de son lit. Le crâne du bébé n’est pas, en effet, une masse dure indéformable. Il est constitué de plaques osseuses séparées par des ponts, des sutures et fontanelles qui rendent l’ensemble malléable. De même qu’un abricot mûr qu'on laisserait trop longtemps sur une assiette finit par s’aplatir, de même le crâne du bébé trop longtemps placé en appui postérieur finit lui aussi par s’aplatir.

Soit aplatissement de toute la partie postérieure du crâne = Brachycéphalie;

Soit aplatissement sur un côté choisi par l’enfant pour dormir = Plagiocéphalie.

Entre 20% et 46% des nourrissons « occidentaux » sont atteints d’une déformation nette de l’arrière-crâne !

Entre 1995 et 2010 le pourcentage de ces déformations est passé de 5 à 20% ( source: Revue pediatrics 2013)

Une étude faite à Calgary (Canada) a montré que 46% des nourrissons âgés de 2 mois présentaient une déformation crânienne positionnelle (Source: Revue Pediatrics mai 2013)

 

Ces déformations sont-elles anodines et transitoires ? NON !

Pourquoi? Il est prouvé qu’à partir d’un certain degré de déformation, celle-ci restera définitive et entraînera donc une situation inesthétique permanente chez le grand enfant et plus tard l’adulte.  

                                                                                    Garçon de 3 ans 1/2: plagiocéphalie droite persistante  

 

 

S’il existe une asymétrie importante les risques de future scoliose,

et de troubles de l’articulé dentaire sont prévisibles ainsi qu'un décalage des acquisitions psychomotrices, avec des nourrissons qui ont tendance à être moins mobiles, ce qui favorise les postures vicieuses.

Par ailleurs certaines études viennent semer le trouble quant à de

possibles conséquences neurologiques. Des coefficients de

développement et de performances cognitives ont été jugés moins

bons chez des enfants de 18 et 36 mois ayant présenté une importante

déformation crânienne postérieure positionnelle, en comparaison avec

un groupe témoin indemne de toute déformation (Académie Américaine

de Pédiatrie). Ce qui n’est pas pour surprendre vraiment quand on sait

que le cerveau est plaqué contre la paroi osseuse et qu’il va donc subir

lui aussi une déformation et une compression.

Que peut faire l'ostéopathe en cas de plagiocéphalie?

Le traitement ostéopathique est, en esprit, très proche de celui du torticolis. 

  • Il consiste à décomprimer la base du crâne, à la remodeler pour lui rendre sa symétrie.

  • Il est d'autant plus efficace et rapide que l'enfant est vu rapidement après la naissance.

  • Plus on attend, plus les structures se figent et s'organisent dans leur malposition et plus il devient difficile de modifier la forme.

  • Le traitement ostéopathique doit parfois être associé à un traitement de kinésithérapie (notamment s'il y a torticolis).

  • Dans le traitement tardif (après 3 mois) il ne faut pas espérer récupérer la forme (même si des améliorations sont encore possibles).

  • Mais permettre aux structures de retrouver leur plasticité naturelle ou de s'en rapprocher est toujours positif pour aider le développement harmonieux des fonctions associées.

 

"Seuls les tissus savent" Rollin E. Becker, D.O.